Expositions 

39eme Salon international de la Caricature, du Dessin de Presse et de l'Humour
Du 26 septembre au 4 octobre 2020
Centre permanent du Dessin de presse
Saint-Just-le-Martel (87)

LA 5ème REPUBLIQUE A LA PETITE SEMAINE
Une chronique des années 1960-1990

Maurice TOURNADE,  journaliste caricaturiste

(1925-2014)

 

Remarqué pour ses dessins lorsqu’il couvre les procès de Marie Besnard, en 1952 et 1954, Maurice Tournade débute en 1959 un long parcours de journaliste au quotidien régional «  La Nouvelle République », journal diffusé à l’époque sur huit départements du Centre-Val-de-Loire et du Poitou. D’abord rédacteur, puis responsable de la rubrique culturelle, il achèvera en 1989 sa carrière comme secrétaire général de la rédaction du quotidien, à Tours.

Mais si le nom de Maurice Tournade est encore aujourd'hui connu par une génération de lecteurs, c'est surtout par ses caricatures, qu'il distillait chaque semaine dans une sorte de feuilleton, où s'égrenaient les grands moments de l'actualité française et internationale. C’était la « semaine par Tournade »,  une bande verticale de quatre dessins publiée sur la dernière page du journal du samedi.

C’est cette production de plus de 5000 dessins, couvrant 30 ans d’histoire, qui est présentée à Saint-Just-Le-Martel, à l’occasion du 39ème Salon International de la Caricature, du Dessin de Presse et d'Humour. Une sélection d’une centaine d’originaux qui retrace par le dessin la fin des « trente glorieuses », de Charles De Gaulle à François Mitterrand, de la guerre d’Algérie à  la chute du Mur de Berlin,

Dans la droite ligne des dessinateurs de l’après-guerre (Aldebert, Bosc, Chaval, Moisan,…) le dessin va à l’essentiel en un minimum de traits, avec pour principale ambition de faire rire, avec ironie souvent, rarement pour choquer. L’esprit « Charlie » viendra plus tard…

 En 2019, Jacques Saint-Cricq, président de La Nouvelle République, le décrivait ainsi :
« C'était un caricaturiste fantastique. Ses dessins étaient futés, malins, mais jamais méchants. Il savait saisir le caractère des gens. Il y mettait toujours une dose de sympathie. Son trait était rond, comme lui, et son humour avait la bienveillance de son caractère"

Présentation de l'exposition